Raymond Duffaut, Musique Baroque en Avignon, 2018-2019

x.3.Conf. presse CFPL. 10 ko

Déchargé des structures très « lourdes » comme l’Opéra Grand Avignon depuis juin 2017, et les Chorégies d’Orange depuis 2016, Raymond Duffaut demeure néanmoins un « homme-orchestre ». Président du CFPL (Centre Français de Promotion Lyrique) récemment reconduit à l’unanimité, des Saisons de la Voix de Gordes depuis 2017 (84), du Concours #cjopera qui porte son nom à Avignon (septembre), il est aussi membre de divers jurys de concours (Voix nouvelles…) et conseiller artistique de Musique Baroque en Avignon. C’est à ce dernier titre que nous rencontrons cet homme à l’agenda très rempli, mais toujours très disponible…

Logo CLENPR 21-06-17

-Raymond Duffaut, vous avez accompagné, à titres divers, l’association Musique Baroque en Avignon, sous ses diverses appellations, depuis son origine. Pouvez-vous nous retracer en quelques mots son histoire ?

-C’est pour moi la 8e année, au sein de cette structure qui fêtera en 2020 son 20e anniversaire ; nous préparons pour ce millésime une programmation marquante…

Elle existe en fait depuis 1986, sous plusieurs étiquettes successives ; d’abord Musique baroque, elle est devenue Musique ancienne, puis est revenue il y a 4 ans à la dénomination première, en même temps qu’elle passait de la forme « festival » (un mois en automne) à la forme « saison », qui nous a permis de toucher un plus large public.

Logo

-Avant d’aborder la saison 2018-2019, pouvez-vous faire un rapide retour sur la saison précédente ?

-Nos 9 concerts ont su intéresser un public important, auquel s’ajoutent des opérations de médiation culturelle. Nous avons mené une coopération approfondie avec le Conservatoire à rayonnement Régional du Grand Avignon, notamment les classes de musique baroque et de clavecin. Nous avons touché également des personnes en situation difficile, par diverses associations ou structures, et nous avons noué des contacts avec l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, concrétisés par la présentation de nos concerts animée par des étudiants.

-Des nouveautés dans cette saison 2017-2018 ?

-Nous avons inauguré une première collaboration avec la toute jeune Semaine italienne d’italienne, dont c’était la 1e édition, dans un très beau concert donné dans le cadre magnifiquement restauré de la Métropole Notre-Dame des Doms. Et nous avons également co-organisé le concert du groupe De Caelis avec Avignon-Tourisme. Nous souhaitons évidemment que ces partenariats fructueux se poursuivent et se pérennisent. Une convention tripartite triennale signée entre le Grand Avignon, Avignon-Tourisme et Musique Baroque en Avignon nous autorise les meilleurs espoirs.

????????????????????????????????????

x.6.DSC02169. Galou-Dantone; 117 ko

-Votre saison 2017-2018 a donc été une totale réussite ?

-Nous ne notons qu’une déception, totalement inattendue et inexplicable. Le contre-ténor Franco Faggioli, que nous avons accueilli en janvier et pour lequel nous attendions une affluence record, n’a pas fait salle pleine.

x.1.franco_fagioli_mg_7114_c_julian_laidig. 81 ko

-Vous avez des soutiens institutionnels, qui étaient d’ailleurs présents ou représentés à la conférence de presse de rentrée ?

-Nous avons en effet le soutien, renouvelé, de structures que nous remercions : la Ville, notre principal bailleur de fonds depuis l’origine, Jacques Montaignac, alors directeur de la culture, aujourd’hui adjoint en charge de la culture, ayant toujours suivi le dossier avec attention. Le Département nous rejoint, la Région Sud-Provence-Côté-d’Azur est également à nos côtés, ainsi que le Grand Avignon. Comme l’a souligné Michel Bissière au nom de la Région lors de la présentation de la saison, « cette association a pleinement sa place dans le paysage culturel avignonnais, en tant que promoteur de musique de qualité dans des lieux patrimoniaux classés ».

1.DSC01083. Compr. Organisateurs & partenaires

-Parlez-nous de la saison 2018-2019 qui commence dans quelques jours.

Mon souci, comme dans toutes les programmations que je conçois depuis une quarantaine d’années, a toujours été celui de l’excellence, choisissant les meilleurs artistes internationaux, et les lieux patrimoniaux les plus aptes à les mettre en valeur et à satisfaire le public le plus exigeant. Cette année par exemple, nous bénéficierons de deux écrins nouveaux : la Cour du Petit Palais, ex-palais épiscopal du temps des papes, situé précisément sur la grande place qui s’étend devant le Palais des Papes, et le Temple Saint-Martial, ancienne église d’un couvent ancien, lui aussi classé monument historique. Nous maintenons également nos lieux habituels : le prestigieux Palais des Papes, le Conservatoire, l’Opéra-Confluence, et l’église collégiale Saint-Didier). Nous avons en même temps la volonté de faire découvrir de nouveaux talents, comme, ces toutes dernières années, les clavecinistes Jean Rondeau – quelques jours seulement avant sa spectaculaire Victoire de la Musique – et Justin Taylor, Thomas Dunford au luth, et la mezzo-soprano Lea Desandre, qui ont conquis le public régional et qui sont à l’aube d’une brillante carrière, nationale et internationale…

1.RONDEAU Jean couleur profil, réduit    x.Thomas Dunford et Lea Desandre© Julien Benhamou. 94 ko

-Vous proposez cette année 8 concerts.

-8 concerts, entre le 8 octobre 2018 et le 26 mai 2019.

-Les King’s Singers (photo Marco Borggreve) en ouverture de saison, le 8 octobre ?

-Nous avons déjà accueilli ce groupe en 2013 à la chapelle de l’Oratoire, une chapelle octogonale baroque, fort sympathique, mais qui ne se prête pas totalement à ce type de concert. C’est donc dans la collégiale Saint-Didier, de belle acoustique, que se produira cette formation magnifique, qui effectue en ce moment la tournée-anniversaire de ses 50 ans. Ce ne sont bien sûr pas les mêmes chanteurs qu’à l’origine, même s’ils ont gardé la même configuration qu’à leur création. Ils vont balayer l’ensemble de l’histoire de la musique, depuis le baroque jusqu’au contemporain, incluant par exemple les Quatre petites prières de Saint François d’Assise, de Poulenc. Lors de leur précédent passage ils avaient remporté un très large succès dans une chapelle dont on aurait dû repousser les murs.

       The King's Singers 2017 Photo: Marco Borggreve

-Ce sera ensuite la Semaine italienne ?

-Nous serons en co-réalisation avec l’Institut italien de la Culture de Marseille, sur proposition de son directeur Francesco Neri et avec l’aide active de Monique Albergati déléguée consulaire à Avignon. Nous aurons Jean-Marc Aymes, clavecin et orgue, qui était déjà venu en solo lors de la saison précédente. Co-créateur du Concerto Soave avec la soprano argentine Maria-Christina Kier, il est professeur au Conservatoire de Lyon et anime le festival Mars en Baroque à Marseille. En trio avec Sylvie Moquet, viole de gambe, ils donneront un programme rare d’œuvres négligées de femmes compositeurs.

x.JM Aymes © Eric Bourillon - Copie

-Nous aurons ensuite la chance d’un concert au Grand Tinel du Palais des Papes, où nous avions entendu l’Orchestre Régional Avignon-Provence il y a quelques années….

-Après la Grande Chapelle lors des deux saisons précédentes, nous monterons dans le Grand Tinel, une salle magnifique et une belle qualité acoustique, qui avait accueilli de nombreux concerts de l’Orchestre de l’Opéra avant qu’il ne devienne régional, notamment pendant les grands travaux de l’Opéra en 1978, avec les plus grands solistes : Amoyal, Dumay, Lodéon, Collard, Rampal, Laskine…

-Et également un concert d’ouverture de la saison baroque, me semble-t-il, le 1er octobre 2010 si je me souviens bien de la date, avec notamment Nora Gubisch et Karine Deshayes.

-Ce fut en effet un moment mémorable. Nous en espérons autant à venir. Le 24 novembre 2018, notre 3e concert sera Musica Nova, un ensemble a capella. Le programme, d’une belle homogénéité, comporte des motets de Philippe de Vitry et de Guillaume de Machaut, mais également la Messe de Barcelone, qui fut un événement majeur de la polyphonie de la fin du XIVe siècle ; elle appartient au répertoire de la Chapelle liturgique du Palais des palais, et de Barcelone.

-Nous arrivons à Noël…

-C’est notre coup de cœur pour un ensemble régional, le Chœur Homilius, et le quatuor des Solistes d’Avignon, issus de l’Orchestre Régional, qui ont tous la qualité musicale, et la qualité d’interprétation qu’on est en droit d’attendre dans notre saison. Ils seront placés sous la direction de Sébastien Di Mayo, ex-basse de la formation, et avec la participation d’Aliénor Girard-Gargas, excellente harpiste qui travaille souvent avec l’Orap.

Homilius. 348 ko

-2019 s’ouvre avec un clavecin..

-Frederick Haas, formé à Amsterdam et Bruxelles, est en résidence à Avignon depuis 2017. Passionné par la recherche, il possède des instruments rarissimes, et donne des master classes à Bruxelles, mais également en Europe et même bien au-delà. C’est un grand spécialiste de Scarlatti. Une saison ne serait pas baroque sans clavecin, à la suite de Benjamin Alard et Justin Taylor, musiciens d’exception que nous avions reçus précédemment.

-Puis le « phare » de la saison…

-Le contre-ténor Philippe Jaroussky revient pour la 3e fois à Avignon. Nous attendons évidemment beaucoup de ce concert. J’aime raconter que, lorsque j’ai découvert et invité Jaroussky la 1e fois, en 2005, il n’était pas connu et nous n’étions qu’une cinquantaine de spectateurs à l’église Saint-Pierre. C’était juste avant sa Victoire comme Soliste. Depuis lors il est bien plus sollicité, mais j’ai gardé d’excellentes relations avec lui, et nous nous réjouissons de le revoir. Et nous l’avions entre-temps accueilli en 2014, avec l’ensemble Artasese qu’il a créé, et avec lequel il revient cette année.

Jaroussky

 -Pour l’avant-dernier concert, des artistes très présents dans la région…

-Pour rendre hommage à Rameau sera à l’honneur, le ténor Mathias Vidal, et l’Ensemble Amarillis. Mathias Vidal, déjà venu, était ténor léger dans l’opérette, avant de passer à l’opéra puis de se spécialiser dans la musique ancienne et le baroque, où il réussit parfaitement. A ses côtés, 4 excellents musiciens, dont Alice Piérot qui vient en voisine, d’Entraigues-sur-la-Sorgue, où elle gère la Courroie. Le concert aura lieu dans un autre lieu patrimonial, nouveau pour nous, le temple Saint-Martial.

 Amarillis (1). 369 ko

-Et la fin de saison ?

-Le 26 mai, 2e nouveau lieu, la Cour du Petit Palais, déjà prévu pour 2018 puis remplacé par le musée Calvet, un jour de mai pluvieux et glacial ! Nous espérons que le 26 mai 2019 sera un jour de beau temps. Nous invitons Eugénie de Mey, une chanteuse à la tessiture indéterminée, une voix tout à fait originale entre mezzo et soprano, que j’avais remarquée, et que le public avait fort appréciée en 2018, au sein de l’ensemble De Caelis ; elle sera accompagnée de flûte et percussions. (Propos recueillis par G.ad.)

Baroque, progr 001

 

Le programme 2018-2019 de Musique Baroque en Avignon

-Lundi 8 octobre 2018, 20h30, Eglise St-Didier. The King’s Singers. Tournée anniversaire des 50 ans de la formation.

-Dimanche 21 octobre, 17h, Conservatoire Grand Avignon, Amphithéâtre Mozart. Concerto Soave. Dans le cadre de la 2e Semaine italienne d’Avignon.

-Samedi 24 novembre, 20h30, Palais des Papes, Grand Tinel. Musica Nova, ensemble a capella.

-Dimanche 16 décembre, 17h, CRR, Amphithéâtre Mozart. Chœur Homilius et les Solistes d’Avignon. Concert de Noël.

-Dimanche 13 janvier 2019, 17h, CRR, Amphithéâtre Mozart. Frederick Haas, clavecin.

-Jeudi 28 mars, 20h30, Opéra Confluence. Philippe Jaroussky et l’Ensemble Artasese.

-Dimanche 28 avril, 17h, Temple St-Martial. Mathias Vidal et l’Ensemble Amarillis.

-Dimanche 26 mai, 18h30, Cour du Petit Palais (ou Chapelle de l’Oratoire selon la météo). Eugénie de Mey (chant), Julien Lahaye (flûte), Pierre Hamon (percussions).