Abdel Rahman El Bacha à La Roque d’Anthéron (28-07-2018)

L’homme des défis…

x.La Roque. 92 ko

Festival international de piano de La Roque d’Anthéron, Parc du château de Florans

Bach, Suite française n°5 en sol majeur BWV816. Schumann, Toccata en ut majeur op7 ; Sonate n°2 en sol mineur. Abdel Rahman El Bacha, Prélude et Chants pour piano. Rachmaninov, Etudes-Tableaux op33 de Rachmaninov

Logo CLENPR 21-06-17

On ne présente plus le grand pianiste Abdel Rahman El Bacha tant sa notoriété le précède. Nous l’avons suivi depuis plusieurs années, particulièrement dans le cadre du festival de La Roque d’Anthéron dont il est un familier. Il y a offert des soirées inoubliables. Nous pensons en particulier aux soirées Beethoven avec l’intégrale des 32 sonates, le 4e Concerto avec orchestre, et bien d’autres.

Cet artiste est l’homme des défis. Abdel Rahman El Bacha donne l’impression d’une boulimie musicale. Jeune adolescent, il a travaillé tout le Clavier bien tempéré de Bach avec les 48 Préludes et Fugues.

Son répertoire très vaste va de Prokofiev (pour lequel il a reçu en 1983 des mains de Mme Prokofiev le Grand Prix de l’Académie Charles Cros), à Bach, Schumann, Schubert, Ravel , Beethoven, Rachmaninov. De Chopin, il a enregistré l’intégrale de l’œuvre pour piano par ordre chronologique de composition et les Concertos pour piano et orchestre.

Toutes ces œuvres sont abordées avec une grande intelligence de la partition et une exceptionnelle sensibilité. Il faut dire que pour El Bacha bien au delà des notes, la musique est avant tout une aventure humaine, qui raconte le cheminement du compositeur.

Comme l’écrit la musicologue Sylviane Falcinelli: « Abdel Rahman El Bacha possède au suprême degré l’art datteindre lessentiel, donc de révéler la colonne vertébrale du style dun compositeur puis les innervations partant de cet « arbre » central et irriguant son évolution.»

x.1.El Bacha. 108 ko         Sur la scène de La Roque d’Anthéron lors du concert du 28 juillet, Abdel Rahman El Bacha relève à nouveau un défi mettant en valeur les artistes qui ont toujours été fondamentaux dans ses choix musicaux : Bach, le père de la musique, Schumann et Rachmaninov, deux grands romantiques.

La soirée s’ouvre sur la Suite française n°5 en sol majeur BWV816 de Bach dont les 7 mouvements fascinent par la variété des tempos. El Bacha poursuit avec une œuvre de l’un de ses compositeurs romantiques préférés : la Toccata en ut majeur op7 de Schumann. Il fait fi des difficultés rythmiques qui caractérisent cette pièce. Avec la Sonate n°2 en sol mineur op22 l’engagement total de l’interprète fait la part belle à un Schumann visionnaire, fantasque ; le pianiste domine cette partition dotée d’une tendresse souvent très émouvante.

x.2.El Bacha. 92 ko

La seconde partie de la soirée s’ouvre sur des compositions personnelles d’El Bacha : Prélude et Chants pour piano. Chacune des 7 pièces qui composent ce livret est une musique sans apprêt, sortie directement du cœur.

Après les confidences du pianiste la soirée se termine par une magnifique interprétation des Etudes-Tableaux op33 de Rachmaninov, pièce aux escarpements incroyables et d’une complexité rythmique redoutable.

Les compositions d’Abdel Rahman El Bacha viennent d’être gravées chez Mirare sous le titre Arabesques. Ces pièces composées pour certaines dès son enfance (12-13 ans) sont toujours le fruit d’une émotion personnelle pour lesquelles les réminiscences des grands compositeurs romantiques sont évidentes mais rarement intentionnelles. Laissons le compositeur parler de ses œuvres : « Ceux qui ont écouté mes compositions ont remarqué une belle synthèse de mes origines orientales et de la musique qui est dans mon répertoire de pianiste. Je peux indiquer 3 directions dans mes compositions : orientale bien sûr, romantique dans la mesure où Schumann est souvent présent dans lesprit, et aussi andalouse ; je ne sais pas pourquoi, mais ma mère chantait la musique espagnole, elle aimait beaucoup cette couleur de musique et puis peut-être aussi cest là où la musique arabe trouve ses plus belles sources. Jaime beaucoup la musique espagnole et j’ai joué récemment plusieurs fois les Goyescas de Granados qui me parlent beaucoup, cette musique mest très naturelle ».

A noter qu’Abdel Rahman El Bacha sera en concert à Carpentras le samedi 12 janvier à 20h30 dans des œuvres de Chopin, Granados, Beethoven et ses propres compositions, mais nous y reviendrons plus en détail ultérieurement. (D.B. Photos M.A.)