Jorge Lavelli, metteur en scène

Lavelli, photo G.ad.

Pour L’Ombre de Venceslao :

traduction, conception, mise en scène et lumières

Né à Buenos-Aires, Jorge Lavelli est naturalisé français en 1977. Metteur en scène de théâtre et d’opéra, ses premières réalisations explorent le répertoire contemporain, tant en France qu’à l’étranger : Europe, Russie, Etats-Unis et Amérique latine.

Il introduit en France le théâtre de Witold Gombrowicz et révèle les nouvelles pièces d’Arrabal, Copi, Obaldia, Handke, Fuentes, Pinter, Rezvani ou encore Athayde. Il monte Panizza, O’Neill, Bulatovic, Boulgakov, sans délaisser les classiques tels que Sénèque, Calderón, Corneille, Goethe, Tchekhov, Claudel, Lorca, et Shakespeare. Il fait également découvrir en France Juan Mayorga, jeune et talentueux dramaturge espagnol, en créant trois de ses pièces au Théâtre de la Tempête : Chemin du ciel en 2007, Le garçon du dernier rang en 2009, puis en tournée en 2010 et Lettres d’amour à Staline en 2011. En 2013, il crée Le prix des boîtes de Frédéric Pommier et en 2015, On ne l’attendait pas ! de Stig Larsson au Festival d’Avignon. Directeur fondateur du Théâtre National de la Colline (1987 à 1996), il choisit de se consacrer exclusivement à la découverte et à la création d’auteurs du XX° siècle. Il inaugure les deux salles de la Colline avec Le public de Lorca et La visite inopportune de Copi.

Au Festival d’Avignon,entre 1967 et 1993, il présenta notamment à La Cour d’honneur, le Cloître des Carmes, l’Opéra Grand Avignon et le lycée Saint-Joseph une dizaine de spectacles. Il crée en 1969 une première forme de « théâtre musical » avec Orden de Pierre Bourgeade et Girolamo Arrigo, initiant ainsi un autre pan de son travail dédié à l’opéra.

Dans ce domaine, et sur les plus grandes scènes internationales, dont l’Opéra National de Paris, la Scala de Milan, le Théâtre de La Fenice à Venise, le Metropolitan Opera  de New-York, le Théâtre Colón de Buenos-Aires, le Théâtre du Liceù de Barcelone, les Grands Théâtres de Genève, Zurich et Hambourg et le  Staatsoper de Vienne, il met en scène les compositeurs de notre temps : Von Einem, Prokofiev, Nono, Sutermeister, Krauze, Ohana, Debussy, Ravel, Bizet, Stravinsky, Bartók, Richard Strauss, Janácek, Lehár, Arrigo ou encore Liebermann… sans pour autant ignorer les classiques. Il a mis en scène en 2014, Idomeneo de Mozart au Théâtre Colón de Buenos-Aires.

Parmi ses projets, notons en mai 2017 Jenufa à l’Opéra National de Santiago du Chili et en septembre/octobre, la mise en scène de Die lustige Witwe à l’Opéra National de Paris.

L’Opéra Grand Avignon l’a accueilli en 2005 pour Cecilia (Charles Chaynes). Ici l’Ombre de Venceslao (10 mars 2017).

 

COPI  ET JORGE LAVELLI

1966 – création de Sainte-Geneviève dans sa baignoire au Théâtre du Bilboquet, à Paris.

1967 – création de La journée d’une rêveuse au Théâtre de Lutèce, à Paris.

1973 – création au Théâtre de la Cité Internationale, pour l’inauguration de la Salle de la Resserre de L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (Copi en étant l’un des interprètes).

1974 – création des Quatre jumelles, dans les sous-sols du Palace, à l’occasion du Festival d’Automne.

1985 – création de La nuit de Madame Lucienne, au Festival d’Avignon, puis au Festival El Grec de Barcelone, à la Biennale de Venise et au Festival de Lille.

1986 – reprise de La nuit de Madame Lucienne, au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers.

1988 – création de La visite inopportune, dernière pièce de Copi, pour l’inauguration de la petite salle du Théâtre National de la Colline.

1989 – création en catalan d’Une visite inopportune au Théâtre Poliorama, Compagnie Flotats à Barcelone, reprise au Festival El Grec de Barcelone.

1999 – création de L’Ombre de Venceslao, au Théâtre de la Tempête, à Paris.

2001 – reprise de L’Ombre de Venceslao au Théâtre du Rond-Point, à Paris

(photo G.ad., mars 2017)