Chantal Santon-Jeffery, soprano

x. 170326.Chantal Santon. 71 ko

Chantal Santon Jeffery a pris place parmi les soprani françaises les plus accomplies du moment.

Aussi à l’aise dans la miniature d’un consort song que dans le grand répertoire romantique, elle incarne de nombreux rôles à l’opéra, de Mozart (Donna Anna, Fiordiligi, la Comtesse, Sandrina…) à la création contemporaine (une presse unanime a salué son incarnation de Lolo Ferrari dans l’opéra du même nom créé à l’Opéra de Rouen-Haute Normandie) en passant par Wagner (Senta dans la version française du Vaisseau fantôme), Britten (The Governess dans The turn ofthe srew\ Campra (Tancrède à l’Opéra Grand Avignon), Gassman (Opéra Séria} ou Purcell (King Arthur, Dido andAeneas).

Elle est l’invitée de prestigieux ensembles et orchestres tels que Le Concert Spirituel, Les Talens Lyriques, Le Cercle de l’Harmonie, Les Siècles, Pygmalion, l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles, l’Orchestre Philharmonique de Hong Kong…

Elle se produit régulièrement au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra royal de Versailles, à la Philharmonie de Liège, au Bozar à Bruxelles, au Konzerthaus de Vienne… Passionnée par le renouveau du répertoire français classique et romantique, elle participe à nombre de concerts et enregistrements soutenus par la Fondation Bru Zane. Parmi ses projets récents, Armida de Haydn (elle a triomphalement incarné la magicienne passionnée avec Le Cercle de l’Harmonie dans une mise en scène de Mariame Clément, créée au Théâtre de Saint-Quentin en octobre 2014 et repris en 2015 dans de nombreux théâtres) et Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier, dirigé par Hervé Niquet et mis en scène par Gilles et Corinne Benizio (alias Shirley et Dino).

Concernant Armida de Haydn, Mehdi Mahdavi écrit dans Opéra Magazine : « Voix longue, donc inclassable, et pour cette raison même souvent employée à mauvais escient, Chantai Santon trouve enfin, avec Armida, un rôle à la mesure de ses moyens techniques et expressifs, qui lui permettent d’incarner toutes les facettes de la magicienne sans que jamais ne s’altère la pureté d’une ligne de chant frémissante ».

Parmi la trentaine d’enregistrements, parus ou à paraître, auxquels elle a participé, citons : King Arthur de Purcell (Le Concert Spirituel, DVD), la cantate Frédégonde de Max d’Ollone et la Messe pontificale de Dubois (avec l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles), Renaud de Sacchini (Les Talens Lyriques), Velléda de Dukas (Les Siècles, François-Xavier Roth), Les Bayadères de Catel (Musica Florea), Les Mystères d’Isis de Mozart-Lachnitz et Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour de Rameau (Le Concert Spirituel), La Vénitienne de Dauvergne et Le Temple de la Gloire de Rameau (Les Agrémens) ou encore Tancrède de Campra… Son premier récital autour des airs de Purcell et Charpentier, paru chez AgOgique, a été largement salué par la presse spécialisée et généraliste : « une expressivité que sert avec bonheur la voix chaude et souple, magnifiquement soutenue, de Chantal Santon-Jeffery », écrit Marie-Aude Roux dans Le Monde.