Ballet Prejlocaj, à Avignon (10-04-2019)

x.Avi Opéra. 108 ko

Ghost (titre provisoire)

Création 2018. Pièce pour 2 danseurs. Durée 10 à 15 minutes

Chorégraphie Angelin Preljocaj. Production Ballet Preljocaj

Première le 19 novembre 2018 au Pavillon Noir, Aix-en-Provence

 

Still Life

Création 2017. Pièce pour 6 danseurs. Durée 45 minutes

Chorégraphie Angelin Preljocaj. Musique Alva Noto et Ryuichi Sakamoto. Création sonore 79D. Scénographie et costumes Lorris Dumeille. Lumières Éric Soyer. Assistant, adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van den Bosch. Choréologue Dany Lévêque. Production Ballet Preljocaj

Première le 21 septembre 2017 au Pavillon Noir, Aix-en-Provence

 Logo CLENPR 21-06-17

_CAR0070

La soirée est composée de deux pièces, Ghost (Fantôme), d’un petit quart d’heure, et de Still Life (Nature morte), de 45 minutes.

_CAR807

Le dossier de presse présente ainsi Ghost :

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Marius Petipa, sur une commande du Festival Diaghilev de St Petersbourg, Angelin Preljocaj imagine une nouvelle création en hommage au chorégraphe. Mêlant la musique de Tchaïkovski à des arrangements plus contemporains, il parle d’une invitation au voyage dans l’esprit de Petipa. Une immersion dans l’imaginaire du chorégraphe au moment où lui vint l’idée de créer son célèbre Lac des cygnes en 1895, s’emparant à l’époque de ce chef-d’œuvre musical et créant dès lors le mythe de la danseuse-cygne, étoile par excellence. S’il s’agit encore d’un titre provisoire, Ghost évoque pour Angelin Preljocaj la trace que laissent dans notre inconscient collectif les grandes personnalités qui marquent la création artistique. Une existence « fantomatique » au sens poétique du terme.

BALLET PRELJOCAJ

Angelin Preljocaj lui-même présente Still Life :

« Dans le domaine de la peinture, les natures mortes (Still Life en anglais) représentent parfois une allégorie de la mort, du temps et de la vacuité des passions. À partir du XVIIème siècle, la notion de finitude et l’aspect dérisoire de la vie constituent un genre à part entière : « les Vanités ». Les objets représentés sur les toiles symbolisent dès lors des activités humaines avec des éléments évoquant le temps qui passe : la fragilité, la destruction, la guerre et le triomphe de la mort. Ces mêmes problématiques sont en jeu dans cette création. Les corps des danseurs laissent sourdre une écriture chorégraphique spécifique, une réflexion sur ce que nous disent aujourd’hui ces symboles ancestraux. »

 

Musique classique et musiques du monde en région PACA